Cinq défauts de toits plats les plus courants

De nombreux propriétaires vivent leur vie sans savoir qu’ils ont un problème planant juste au-dessus de leurs têtes !

Cela étant dit, il faut savoir que si votre habitation est dotée d’un toit plat et que cela fait un bout de temps que vous n’avez pas pris la peine de le vérifier, il se peut que vous soyez l’un d’entre eux !

Plus d'informations sur les toits plats: www.platdakantwerpen.com.

Les défauts des toits plats

Quand il s’agit de penser à l’état du toit de l’habitation, les propriétaires adoptent trop souvent le vieux mantra qui dit : « hors de vue, hors d’esprit », ce qui n’est absolument pas vrai.

Plus que c’est le cas avec tous les autres styles de toits, les toits plats doivent être régulièrement vérifiés et entretenus, puisque l’eau, une fois accumulée, n’a aucun moyen de s’évacuer naturellement. S’il n’y a rien d’apparent à l’œil nu, cela ne signifie pas que vous ne devez pas y effectuer des vérifications minutieuses afin de déceler les défauts qui pourraient y être présents.

Ceci étant dit, jetons un coup d’œil à cinq des problèmes les plus courants de toits plats.

  1. Les eaux stagnantes: c’est l’une des causes principales de fuites que l’on constate sur les toits plats. L’eau commence à dégrader l’état de la matière dont est fait le toit si elle n’est pas évacuée ou évaporée dans les 72 heures qui suivent son accumulation, ce qui fait qu’il est essentiel d'y effectuer des inspections régulières, surtout pendant les mois de l’hiver et du printemps. Le problème est généralement dû au fait que l’eau n’est pas drainée correctement ou que le toit lui-même est tout simplement trop plat. Malgré le nom qu’il porte, un toit plat devrait toujours avoir une légère pente pour une évacuation efficace des eaux. L’accumulation de la neige peut aussi en être le problème, car la neige et la glace peuvent bloquer les drains et les gouttières.

  2. Les boursouflures : l’humidité piégée entre la membrane de votre toit et la surface sur laquelle il est posé, même en petites quantités, pourrait entrainer son décollement et provoquer ce qu’on appelle des « boursouflures ». C’est l’un des problèmes les plus courants des toits plats, et il a tendance à s’accentuer avec la chaleur du soleil. Lorsque vous constatez la présence de boursouflures, il est essentiel d’identifier la source de l’humidité.

  3. Les dilatations thermiques : des cycles répétés de chauffage et de refroidissement provoquent la dilatation et la contraction des matériaux qui composent le toit plat. Les matériaux doivent tolérer les dilations thermiques afin de ne pas se détériorer et afin d’éviter les infiltrations d’eau.

  4. Les couches apparentes : le fait de marcher sur un toit plat plusieurs fois, pendant l’hiver et parfois pendant l’été, a ses effets négatifs sur la surface extérieure lestée d’un mélange de gravillons ou de galets, ce qui fait que, au fil du temps, les couches de protection de votre toit se détériorent et commencent à fuir.

  5. Des défauts de solins : compte tenu de l’importance d’un bon écoulement des eaux sur un toit plat, il est essentiel d’inspecter régulièrement l’état des solins. Ces derniers sont utilisés pour empêcher l’eau de s’infiltrer à travers les jonctions du toit, des solins détériorés, pliés ou mal installés peuvent engendrer des fuites d’eau. La détérioration des solins peut aussi être causée par la croissance de champignons favorisée par l’accumulation d’humidité entre les surfaces de contact, ce qui repousse les solins de leurs emplacements d’origine, ne serait-ce que de quelques millimètres.